Sarcophages

SARCOPHAGE

de lecture - mots

Vous voulez tout savoir sur les sarcophages des différentes époques de l’humanité ? En savoir plus sur les célèbres sarcophages égyptiens ? Savoir, en quoi, les sarcophages sont des objets permettant aux pharaons d’Égypte d’accéder à l’Au-Delà ?

L’équipe d’Ancienne Égypte s’est penchée sur le sujet. Voici un article où nous découvrirons ensemble tous les mystères des objets funéraires que sont les sarcophages.

Les sarcophages sont des cuves protectrices en forme de barques funéraires ayant pour buts d’honorer un défunt. De nos jours, les sarcophages les plus connus sont les sarcophages égyptiens, la dernière demeure par excellence des pharaons de Haute et de Basse Égypte.

Dans cet article, nous allons découvrir ensemble :

  • La définition et l’histoire des sarcophages
  • Les spécificités des sarcophages de pharaons
  • Le mythe égyptien du « premier sarcophage » du dieu Osiris
  • Les sarcophages grecs, romains, chrétiens et moyenâgeux

Après avoir lu cet article, vous saurez tous des mystères des cuves funéraires dont le nom vient du nom grec de « Sarkophágos », « le dévoreur de chair ».

Commençons sans plus attendre !

1) Définition, histoire et étymologie

A) Définition

Un sarcophage est une cuve protectrice accueillant le corps ou la momie d’un défunt.

Les sarcophages extérieurs sont majoritairement faits de pierre (marbre, granit) et contiennent quasiment toujours un autre sarcophage de bois, plus finement décoré.

B) Histoire

Les Égyptiens ne sont pas les seuls à avoir créé des sarcophages pour les défunts. En effet, on en retrouve aussi chez les Romains, chez les Chrétiens, chez les Étrusques et même chez les Moyenâgeux.

Cependant, quelle que soit la civilisation, les sarcophages ont toujours comme fonction de permettre à un défunt de rejoindre plus facilement l’Au-Delà de sa religion. De plus, dans toutes les civilisations citées précédemment, les sarcophages sont toujours décorés de représentations du défunt interagissant ou vivant avec le ou les dieux en lesquels celui-ci croit.

Les sarcophages ne sont pas toujours dotés d’une représentation humaine du défunt. En effet, certains sarcophages peuvent être décorés avec de nombreuses représentations de récits religieux. Par exemple, ci-dessous, vous pouvez observer :

  • Le sarcophage en bois du pharaon Toutânkhamon le représentant lui-même (première image ci-dessous).
  • Le sarcophage en granit rose du pharaon Ramsès III représentant des scènes de la mythologie égyptienne (deuxième image ci-dessous).

Le sarcophage du pharaon Toutânkhamon (1327 av. J.-C.)

Sarcophage du fils d'Akhenaton

 

Le sarcophage du pharaon Ramsès III (1153 av. J.-C.)

Sarcophage du fils de Séthi 1er

C) Étymologie

Écrit en grec « σαρκο φάγος », Sarkophágos signifie « mangeur de chair » en grec (« σαρκο » prononcé « sarx » désigne « la chair » tandis que « φαγεῖν » prononcé « phagein » signifie « manger »).

Le terme mangeur de chair est employé car les sarcophages sont la dernière demeure du corps. C’est à l’intérieur de ceux-ci que le corps disparaît petit à petit au fil des siècles.

De nos jours, on appelle aussi « sarcophage » les sas de démantèlement des centrales nucléaires et des bâtiments dangereux. Le plus célèbre de ces enceintes de confinement est le « sarcophage de Tchernobyl » construit après la catastrophe nucléaire ukrainienne de 1986.

Colliers égyptiens de l'Égypte antique

2) Les sarcophages égyptiens

Après avoir défini ce qu’était un sarcophage, intéressons-nous à la forme la plus connue qu’ont pris les sarcophages à travers le temps : les sarcophages des pharaons égyptiens ou « neb ânkh » en ancien égyptien.

Dans cette deuxième partie, nous découvrirons ensemble le rôle des sarcophages des pharaons. Nous verrons également les spécificités propres aux momies des sarcophages de l’Égypte et la légende du premier sarcophage : celui du dieu Osiris.

A) Les sarcophages des pharaons

Il faut bien comprendre que l’entièreté des anciens Égyptiens n’avait pas le droit à un sarcophage. En effet, la fabrication d’un sarcophage coûtait très cher car demandait un lourd travail de sa structure de bois (ou de pierre) en plus du travail que représentant sa décoration.

Ainsi, seuls les nantis pouvaient se permettre l’acquisition d’un sarcophage. De plus, seuls le pharaon et son entourage pouvaient se permettre d’avoir des sarcophages richement décorés en dorure et pierres précieuses.

Le but d’un sarcophage égyptien est de faciliter le voyage dans l’Au-Delà d’un défunt en préservant l’aspect de son corps physique le plus longtemps possible.

Pour prolonger encore plus la préservation du corps d’un défunt, les pharaons avaient d’autres moyens à leurs dispositions. Les immenses richesses que les pharaons accumulaient grâce à des impôts ou à des trésors de guerre leur permettaient de faire construire des tombeaux spécifiquement destinés à protéger leurs sarcophages.

Pour que vous puissiez en savoir plus sur le contexte dans lesquels on trouve les sarcophages des pharaons, voici une présentation des trois principaux édifices les contenant.

I) Les pyramides

Contre-intuitivement, les pyramides sont construites avec la forme d’« entonnoirs carrés inversés ». Leurs rôles dans l’accès des pharaons à l’Au-Delà sont de permettre aux âmes des pharaons d’être exactement redirigées au sommet de la pyramide grâce aux parois inclinées des pyramides.

Les âmes des pharaons pourront alors monter plus facilement vers les cieux où ils prendront place aux côtés des dieux pour régner avec eux.

II) Les mastabas

Les mastabas sont des édifices avec une partie visible (la chapelle) et une partie souterraine (le caveau).

Dans la chapelle du mastaba, on trouve une statue du mort priant pour honorer les dieux de l’Égypte. Cette prière permet à l’âme qui se trouve dans le caveau d’être mieux accueillie par les dieux qui faciliteront son accession à l’Au-Delà.

Mastaba d'un roi égyptien

III) Les hypogées

Les hypogées ressemblent beaucoup à des mastabas. Cependant, différemment à ces dernières, les hypogées sont des constructions uniquement souterraines (la chapelle est donc elle aussi souterraine).

Les hypogées ont un énorme avantage sur les mastabas : ils sont beaucoup moins repérables que celles-ci (ce qui les protège des pilleurs de tombes). Pour vous donner un exemple de l’efficacité des hypogées, l’hypogée de Toutankhamon (construite en -1327) n’a été retrouvé qu’en 1922 par des archéologues britanniques !

Hypogée d'un roi égyptien

B) À l’intérieur des sarcophages : des momies

La momification des corps avait pour but de préserver le mieux possible le corps d’un défunt. Le corps étant mieux préservé, l’âme du défunt avait beaucoup plus de temps pour trouver l’Au-Delà et se présenter au dieu de la mort Osiris qui l’accueillera dans son royaume céleste des Bienheureux.

Ainsi, pour que la décomposition du corps devienne extrêmement plus lente, les embaumeurs doivent entamer un long rituel de momification comprenant 5 étapes.

Étape 1 : le lavage de la peau

Lavement de la peau d'un cadavre égyptienQuand un décès survient, les embaumeurs sont contactés par la famille du défunt. Ils arrivent rapidement au domicile du défunt et emportent son corps dans leur atelier de momification.

On peut aussi souligner que le chef des embaumeurs porte quasiment systématiquement un masque de chacal. Ce masque marque un respect pour le dieu des morts et de l’embaumement : le dieu à tête de chacal Anubis.

Lors de cette première étape, les embaumeurs lavent le corps du défunt avec de l’eau du Nil, le fleuve sacré des anciens Égyptiens. La peau du défunt est ensuite désinfectée avec du vin (ce qui élimine les bactéries présentes sur celle-ci).

Étape 2 : le retrait des organes internes

Retrait des organes d'une dépouille égyptienneLes organes internes (poumons, estomac, foie et intestins) doivent être retirés pour éviter la prolifération de bactéries qui pourraient accélérer la décomposition du corps.

Ces différents organes sont ensuite placés dans des vases à têtes d’animaux appelés « vases canopes » (un à tête de chacal, un à tête de faucon, un à tête babouin et un à tête d’être humain). Selon les traditions des anciens Égyptiens, les organes devaient être conservés dans des vases canopes pour que le défunt soit sûr de retrouver un corps en bonne santé dans l’Au-Delà.

Chose étonnante, après la mort d’un Égyptien, son cerveau est considéré comme « n’ayant plus de raison d’être » car il ne permet plus à l’Égyptien de communiquer avec le monde terrestre. Ainsi, le cerveau est broyé à l’aide d’un long crochet. Devenant liquide après ce broyage, il s’écoule par les narines. À l'inverse des autres organes, le cerveau est jeté et non conservé dans un vase canope.

Contrairement au cerveau, le cœur est laissé à l’intérieur de la poitrine du défunt. En effet, le cœur est considéré comme la résidence de l’âme et sert de pont entre le monde terrestre et l’Au-Delà.

Étape 3 : le dessèchement

Dessèchement dans l'ancien empirePour entièrement éliminer l’humidité, le corps est recouvert de natron. Le natron est une roche ressemblant à du sel et ayant la propriété d’absorber l’eau.

Le corps est alors laissé ainsi pendant 40 jours. Le corps est alors complétement desséché.

Étape 4 : l'embellissement

Embellissement du défunt en accord avec les divinités égyptiennesPour que l’âme soit présentable devant les dieux, il est important que le corps mortel le soit aussi. Pour cela, le corps est d’abord parfumé avec l’encens et de la myrrhe.

Arrivé ici, le corps du défunt est trop creux et s’affaisse en endroits où des organes ont été prélevés et mis dans les vases canopes. Pour prévenir ces affaissements, les parties de l’intérieur du corps qui contenaient précédemment le cerveau, les intestins, le foie, l’estomac et les poumons sont remplis avec du sable.

Étape 5 : l’enveloppement de bandelettes

Momification cataracteL’étape la plus connue de la momification est évidemment l’enveloppement de bandelettes du corps.

Lors de cette étape, de fines bandelettes sont enroulées autour du corps du défunt en commençant par la tête. Les bandelettes sont ensuite liées entre elles avec de la résine chauffée. Des amulettes protectrices sont aussi disposées sous les bandelettes.

Avec cette dernière phase, le mort est protégé contre les mauvais esprits qui pourraient perturber son accès à l’Au-Delà. Le rituel de momification terminé, le défunt peut alors rejoindre son lit de repos éternel : son sarcophage.

Tableau tombeau d'un grand pharaon égyptien

C) Le premier des sarcophages : celui du mythe d’Osiris

Selon les mythes des anciens Égyptiens, le premier sarcophage est celui dont lequel fut enfermé le dieu Osiris par son frère, le dieu Seth. On retrouve ce récit dans le mythe portant le nom de « mythe d’Osiris ».

Au début du mythe d’Osiris, Osiris est nommé pharaon par le dieu des dieux Râ qui cherche un dirigeant stable et équilibré pour l’humanité.

Osiris s’installe donc sur Terre avec Isis, sa femme et sœur, pour y commencer son règne. Très vite, Osiris se fait aimer par les hommes pour sa justesse et sa bonté. Osiris réussit à grandir l’humanité et à la conduire à la paix et à l’aisance.

Ce succès va cependant déclencher une grande jalousie chez son frère Seth qui décidera de s’emparer du pouvoir.

Pour cela, Seth organise une grande fête à laquelle il convit Osiris et tous ses proches. Lors de cette fête, Seth amène sur place un grand coffre très décoré et richement garni de joyaux. Seth déclare ensuite qu’en l’honneur d’Osiris, il invite tous les convives à participer à un petit concours. Seth propose d’offrir le coffre à quiconque serait capable d’entrer dedans.

Les convives s’exécutent aussitôt et essayent chacun à leur tour mais aucun ne réussit à entrer dans le coffre de sorte que l’on puisse le fermer entièrement.

En effet, aucun des invités ne réussit à entrer dans le coffre pour une raison très simple : celui-ci a été exactement construit pour ne pouvoir accueillir qu’Osiris. Lorsque vient justement le tour de celui-ci, Osiris rentre étonnement dans le coffre en entier. Néanmoins, aussitôt Osiris rentré dans le coffre, Seth et quelques-uns de ses complices se jettent sur le coffre, soudent les fermetures du coffre et s’enfuient avec celui-ci.

Seth et ses acolytes se dirigent alors vers la rive du Nil et jette le coffre (contenant toujours Osiris en son sein) dans ce grand fleuve d’Égypte.

Osiris meurt noyé et Seth remplace Osiris sur le trône d’Égypte (jusqu’à ce qu’il soit lui-même détrôné par le fils d’Osiris, Horus).

Ainsi, ce coffre devient le premier sarcophage d’Égypte. En effet, par définition, il est plus qu’un coffre puisqu’il contient le cadavre d’un ancien être vivant : c’est désormais un sarcophage !

Suite à ce mythe, le premier des dieux à trouver la mort, Osiris, devient le dieu de la mort. Il accueille dorénavant les défunts dans son royaume souterrain aux côtés de son fils à tête de chacal : le dieu des morts et de l’embaumement Anubis.

3) Les sarcophages non égyptiens

Arrivé ici, vous en savez déjà beaucoup sur les sarcophages égyptiens. Cependant, la civilisation égyptienne n’est pas la seule à avoir donné naissance à des sarcophages funéraires.

Dans cette dernière partie, nous découvrirons ensemble les sarcophages grecs, romains, étrusques et moyenâgeux.

A) Chez les Grecs

Les notables grecs utilisaient des « sarkophágos » pour leurs cérémonies funéraires. La plupart de ces sarcophages étaient faits de terre cuite, de granit ou de marbre. Ils étaient décorés de grandes scènes de la mythologie grecque. Aujourd’hui, on retrouve de nombreux sarcophages grecs décorés de têtes de Zeus, de Méduse ou d’Athéna.

Le plus connu des sarcophages grecs est le sarcophage d’Héraclès. Ce sarcophage construit en 200 après J.-C. est aussi appelé « sarcophage d’Hercule » (le nom romanisé du demi-dieu grec Héraclès). Il représente plusieurs des douze travaux d’Héraclès (voir image ci-dessous).

Sarcophage d'Hercule

B) Chez les Étrusques

Les Étrusques sont les anciens habitants du centre de la péninsule italienne du XIème siècle avant J.-C. jusqu’à la prise par les Romains de Velzna, leur capitale, en -264.

Les Étrusques avaient pour usages d’utiliser à la fois :

  • Des sarcophages d’inhumation (c’est-à-dire une forme classique de sarcophage mis en terre).
  • Des sarcophages cinéraires contenant les cendres du défunt (soit des sarcophages de taille réduite).

Les sarcophages étrusques ont la particularité d’être surmonté d’une statue complète du défunt en position de banquet (voir image ci-dessous). En effet, ces sarcophages représentent toujours le défunt prenant part à un éternel joyeux banquet aux côtés des dieux appelé « banquet des Bienheureux ».

Sarcophage étrusque archéologique

C) Chez les Romains

Les notables romains aimaient se faire représenter aux côtés de leurs dieux pour assurer leur bien-être dans leur vie d’après. Par exemple, sur l’image ci-dessous, vous pouvez observer un concours de musique entre le satyre Marsyias et le dieu et la lumière et de l’art Apollon (musée du Louvre).

Sarcophage et offrandes romainsÀ partir de l'édit de tolérance sous l’empereur Gallien en l’an 260, les grandes familles romaines se convertissent au christianisme à cause de la pression d’un peuple de plus en plus uniformément chrétien. Ainsi, après cette époque les sarcophages des nouveaux chrétiens romains (les paléochrétiens) sont ornés de grandes scènes de la Bible.

D) Époque médiévale

Au Moyen-âge, l’usage voulait que les morts soient enterrés dans un cercueil fait de bois appelé « bière ».

À partir du VIIIème siècle, les rois et les princes de royaumes commencèrent à choisir des sarcophages de pierre. Un peu plus tard, tous les fortunés adoptèrent ces cercueils de pierre supposés permettre une meilleure conservation du corps du défunt.

Sarcophage religieux loin de l'histoire égyptienne

Adoptez un sarcophage égyptien !

Cet article sur les sarcophages étant terminé vous savez tout sur tout des sarcophages égyptiens, grecs, romains, étrusques et mêmes moyenâgeux !

Si les anciennes traditions égyptiennes sont quelque chose dont vous aimez parler, vous voici en possession d’une belle histoire. Arrivé ici, si vous voulez, allez plus en profondeur dans l’ancien royaume de Haute et de Basse Égypte, pourquoi ne pas jeter un œil à nos bagues et chevalières égyptiennes ? Pour les découvrir, cliquez simplement sur l’image ci-dessous !

Bagues pharaon momifié, œil d'Horus


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Newsletter

Recevez nos articles dans votre boite email.